Onconetworking


Le site des biotechs et medtechs françaises dédiées à l’Oncologie

GamaMabs Pharma annonce la parution de deux articles scientifiques dans Oncotarget, décrivant l’activité antitumorale de GM102/3C23K

L’anticorps monoclonal ‘first-in-class’ anti-AMHRII est actuellement testé dans des essais cliniques dans les cancers gynécologiques.

GamaMabs Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans le développement d’anticorps thérapeutiques optimisés ciblant AMHR2 pour le traitement du cancer, a annoncéGamaMabs-Pharma-comm presse que deux articles scientifiques ont été publiés dans Oncotarget, un journal international à comité de lecture, sur l’activité anti-tumorale de GM102/3C23K, son produit phare, dans le cancer de l’ovaire. Les activités de recherche publiées ont été réalisées par l’Institut de Recherche en Cancérologie de Montpellier, l’Inserm, l’Institut Curie and l’Institut Gustave Roussy, tous partenaires de GamaMabs.

Le GM102 / 3C23K est un anticorps monoclonal ‘first-in-class’ ciblant le récepteur de type 2 de l’hormone anti-müllérienne (AMHR2/MISR2) qui s’exprime dans de nombreux cancers gynécologiques. Doté d’une forte affinité pour AMHR2, le GM102 exerce son activité anti-tumorale par l’intermédiaire d’une activation accrue des cellules immunitaires, conséquence de la mise en œuvre de la technologie EMABling® de glycoingénierie des anticorps. Sur la base des résultats positifs de ces recherches, un essai de phase 1a/1b portant sur GM102 a démarré en juillet 2016. Les premiers résultats sont
attendus pour début 2018. Les deux articles tirent des conclusions favorables des recherches précliniques portant sur le candidat GM102/3C23K de GamaMabs. Ils décrivent le mode d’action anti-tumoral original du composé qui passe par l’activation de macrophages associés à la tumeur et qui infiltrent de façon prédominante les cancers ovariens. Il a été démontré que l’activation de ces macrophages par le GM102/3C23K déclenche la destruction des cellules cancéreuses par phagocytose, puis la levée de l’inhibition du système immunitaire acquis se traduisant par une prolifération des lymphocytes T anti-tumoraux.

Téléchargez le communiqué de presse ici